Archive for the ‘5eme grossesse’ Category

March 17th, 2007

Encore des nouvelles de la famille qui grandit!

Bilan de la des premières heures de Sophiane. C’est un bébé très calme, comme ses frères et sœurs, on ne l’entend jamais et l’allaitement se passe bien. Aujourd’hui, elle était déjà beaucoup plus éveillée, beaucoup plus intéressée à ce nouvel univers qui l’entoure. Elle a eu son premier bain par maman, désolée papa, je devais le faire, mais dès demain, ce sera ton tour! Plus ça va, plus je trouve qu’elle ressemble à mon deuxième et à son père. Une belle petite bête ou « bébitte » comme dirait un certain médecin ;-) . Chose certaine, elle est adorable et j’en suis déjà folle! J’ai tellement hâte à demain pour l’amener enfin à la maison et la présenter à ses frères et sœurs.

Comme on ne peut recevoir de visite, sauf sous prétextes extraordinaires (ne pas avoir de conjoint avec nous et vouloir prendre une douche!) et pendant une heure trente le soir, mais seulement deux personnes, les journées sont assez longues ici. Même mes propres enfants ne peuvent venir, les moins de 12 ans ne peuvent venir en visite, qu’il soit de la famille ou non…. J’ai donc torturée ma fille sous mille et un flash. La voici donc dans les dernières heures et avec la visite de ce soir, mon père et ma tante, désolée cousine, ta mère aura vue la petite avant toi!

11403813_p 11403798_p

11403783_p 11403768_p

11403777_p

Merci « matante eve » pour ton cadeau, il me va très bien, quoi que je suis loin d’être au meilleure de ma silhouette, mais au moins je suis confortable et j’ai pu chaud. Dire qu’il fait chaud sur l’étage est peu dire, on se meurt de chaleur!

J’aimerais bien savoir aussi pourquoi je tombe toujours sur des voisins de chambres spéciaux lors de mes accouchements, à celui de l’an passé, mes voisins étaient exténués et sacraient comme des bons à 3 :00 du matin parce que le petit avait encore régurgités, très agréables. Cette année, je suis face à une chambre à deux, et la nuit dernière, les deux femmes ont décidés de faire plus amples connaissances de 2 :00 à 3 :00 du matin, et la petite de l’une d’elle a hurler à tout rompre de 3 :00 à 5 :00. Un homme chignait comme un enfant gâté parce qu’il était inconfortable dans le lit pliant, bien oui, c’est désagréable, mais ce n’est pas un hôtel ici et les lits sont là pour accommoder les pères et les infirmières ne sont pas des femmes de chambres d’un hôtel! Il est pas nécessaire de faire comprendre à toutes les autres femmes de l’étage que tu ne dors pas aussi bien que dans ton lit, nous non plus et on a passé par une étape plus inconfortable dans les heures qui ont précédés et on se lève pas pour aller se plaindre aux infirmière nous!

On dira après que c’est pour se reposer notre séjour à l’hôpital, est-ce que j’ai hâte de passer une nuit en paix chez moi à dormir entre les boires, je n’en demande pas tant que ça! J’espère que ma nuit sera plus agréable. Et que mes nouvelles voisines (car celles d’hier qui n’avaient plus de raisons d’apprendre à se connaître, ont eu leur congé ce matin!) pourront se retenir cette fois d’apprendre à se connaître en pleine nuit! Pourquoi faut-il que les parents qui ont des enfants qui pleurent dorment la porte de leur chambre ouverte? Me semble que c’est évident et la moindre des choses de fermer notre porte si notre enfant fait une crise. Je suis peut-être un peu dure, mais dans mon esprit, les autres on le droit de passer une nuit plus calme même si pour nous c’est plus difficile. Ça y est, j’ai le « piton à on », ah ces hormones!

March 16th, 2007

Une autre photo!

Elle n’est toujours pas lavée et n’a que 6 heures, mais tout de même, notez la chevelure!  Martine, quand je te dis que j’ai une tignasse assez folle merci, tu as la preuve sur ma progéniture, et Dr Maman, je ne serai plus jalouse des cheveux de bébé J-F!11375533_p

March 16th, 2007

Sophiane est née

Je fais rapide, je rééditerai éventuellement.

Donc, ce matin vers 10 :00 je suis arrivée à l’hôpital. On a crevée mes eaux à 10 :10 environ, j’étais alors à 3 cm. Une petite malchance très rare m’est arrivée, l’utérus a eu une immense contraction, pas douloureuse toutefois, mais elle ne terminait pas. Le cœur de la puce s’est mis à ralentir et à inquiéter tout le monde. Pendant une 10aine de minutes, mon médecin à essayer de masser mon ventre pour régler le cas et arranger la chose, ce qui a fonctionné. On a attendu un certain temps avant de partir la dose d’hormones pour provoquer les contractions de peur de revoir le phénomène. Donc, sûrement vers 11 :00 ils ont partis les contractions avec le pitocin, elles étaient très éloignées et pas douloureuses. Vers 12 :30, la dose à augmenter et vers 13 :00, elles étaient aux trois ou quatre minutes, toujours endurables. Vers 13 :30, elles étaient très proches et je sentais poussé dans le vagin, je pensais que la fin était proche, mais ce n’était pas la cause. Mon doc, m’a proposé de la morphine pour soulager un peu, la nervosité ne voulait pas me laisser non plus, donc j’ai accepter pour me calmer le gros nerfs. Après la dose, je me suis sentie mieux et le travail à progresser jusqu’à une dilation complète, aux deux autres, j’étais passer de 5-6 à 10 en une contraction, là j’ai mis presque une heure. J’ai poussée pas mal plus longtemps qu’aux autres, probablement parce que j’ai poussée avant que mon corps le fasse pour moi. Mais après 5 poussées, ma fille naissait à 14 :34, elle pèse 6 livres 12 onze. Elle est magnifique.

Je suis très fatiguée, effets secondaires de la morphine, et ma puce aussi est amortie. Je vais donc profiter de mon 48 heures de repos à l’hôpital.

Je reviendrai demain laisser d’autres commentaires et mettre des photos plus jolies, car les seules que j’ai pour le moment sont celles immédiatement après l’accouchement, et je suis tellement amortie, que j’ai même pas la force d’en prendre d’autres pour le moment.

11374230_p 11374257_p

Merci pour vos mots et votre soutien!

March 15th, 2007

Plus que 24 heures

Un dernier petit billet avant le grand jour. Si tout se déroule comme prévue, dans plus ou moins 24 heures, je serai maman pour une 5eme fois. Un 5eme petit bébé tout rose se joindra à notre famille. Une petite princesse bien attendue et déjà couverte d’amour. C’est également la dernière journée de petit bébé de ma dernière, elle qui est encore si petite, si fragile, si mignonne m’apparaîtra affreusement grande dans quelques heures, je chercherai le bébé que je trouvais en elle.

L’angoisse passe peu à peu, je ne peux pas dire que je meurs d’envie d’aller accoucher, mais c’est le chemin à prendre pour avoir mon bébé dans mes bras. Je sais très bien que demain, je dirai que franchement je me suis faite des angoisses avec des riens. Je sais, mais c’est plus fort que moi. J’en parle beaucoup aujourd’hui, je reçois beaucoup de témoignages qui m’accompagneront et de belles pensées qui seront tournées vers moi demain, alors je me sens plus forte pour faire face à tout ça.

Je profite de ma dernière journée de bédaine pour bien l’a contempler, quoi que je commence à l’avoir assez vu! Je fais un peu de ménage pour faciliter mon retour à la maison et je prends du temps pour relaxer, me reposer et essayer de dormir, car je sais que la prochaine nuit sera assez fatigante et que très peu reposante.

Revenez faire votre tour demain soir, j’aurai fort probablement mis des photos de notre petite princesse rose! Et j’en profiterai pour raconter un peu mon accouchement!

À très bientôt!

March 13th, 2007

Un peu moins d’angoisses

Finalement, ça m’a fait beaucoup de bien de mettre en mots mes angoisses, ce matin, je me sens mieux. J’ai toujours un peu d’angoisse face à l’accouchement, mais j’arrive à ne plus voir ça aussi gros que mon subconscient me le faisait voir depuis quelques jours. Je pense bien me rendre à vendredi, malgré les épisodes de contractions qui se répètent et qui sont de plus en plus douloureux. Mais, ça va être tellement plus simple d’attendre encore 3 jours plutôt que de partir en urgence. Évidement, il annonce de la neige pour vendredi, est-ce que je l’avais prévu!

J’ai vraiment hâte d’avoir ma puce et de retrouver une vie familiale extra. Car, je ne l’ai pas encore crier haut et fort, mais mon homme remerciera Jean Charest et sa politique de congé parental une deuxième fois. Son retour au travail est prévu pour la mi-novembre, oui oui, la mi-novembre, dans 8 mois. Donc, plusieurs semaines de vie de qualité avec notre famille. Et plusieurs projets à réaliser d’ici novembre, évidemment.

Sur une autre note, je voudrais vous demandez d’aller faire une tour sur le site de Renée-Claude si vous vous sentez concerner par l’utilisation des couches jetables et de l’environnement. En effet, elle est sa sœur, Anne-Lise, caresse un projet de mise en marché d’une alternative écologique pour les couches en papiers et souhaiteraient avoir plus de répondants à leur sondage. Elles ont besoin de visibilité pour amener les gens à remplir leur sondage et atteindre le nombre de répondants qu’elles se sont fixées. Alors, si vous avez un petit 10 minutes à consacrer à répondre à un sondage qui leur sera utile, il serait vraiment gentil de votre part de contribuer.

March 12th, 2007

37 semaines

Le vertige. C’est ce que représente ma vie présentement, je me sens dans le vide, je me sens tombée et j’ai peur de perdre le contrôle. Je vis de l’angoisse, de l’énervement, du stress, de l’impatience. Tous confus et se mêlant les uns aux autres. Une minute je ne peux plus d’attendre la venue de ma puce, la suivante je vis de la peur. Je me raisonne en me disant que c’est tellement ordinaire d’avoir peur face à une situation connue, justement, elle est connue et je l’a revois en boucle dans ma tête. Le pire dans tout ça, j’ai mal dans ma tête, mais pas en réel, je ressens des souvenirs de douleurs, mais je n’en avais pas dans la réalité. Bref, je me fais une montagne avec un rien, j’associe un événement ou des événements qui se sont déroulés de façon naturelle, rapide et pratiquement sans douleur à un stress énorme et un événement apeurant. « youououou » il est où mon problème là? Est-ce que je pourrais remettre le tout en perspective et me rappeler qu’à toutes les fois je me suis exclamée haut et fort combien c’était un moment satisfaisant, beaucoup moins souffrant que ce que l’on en dit et combien libérateur. Bon, j’espère que l’avoir écrit aura des effets positifs sur moi, j’en suis à rêver à chaque nuit d’accoucher sans m’en rendre compte tellement mon subconscient essaie de me dire que je me fais de la bille pour rien.

Le vertige se retrouve également dans le fait que je sais quand et comment naîtra mon enfant. C’est difficile de ne pas se faire une idée bien précise de la naissance quand on sait exactement quand ça se déroulera, comment on procèdera pour débuter le travail, comment on le fera évoluer et finalement, la douleur qui accompagneront les toutes dernières contractions avant que je puisse enfin poussée mon enfant dans la vie. Deux secondes après ce moment, je serai émerveillée devant cette nouvelle vie, complètement soulagée de la pression que cette vie faisait dans mon bassin et tellement satisfaite d’avoir encore une fois donnée la vie. Mais pour le moment, je vois juste mon entrée dans l’aile des naissances avec la nervosité que m’amène ce corridor, la peur que je ressente la douleur, le début de la procédure médicale pour déclencher le travail. Je sais qu’après seulement 10 minutes dans la chambre des naissances je serai en contrôle de moi-même, que je me sentirai bien et prête. Mais pour le moment, ouff que ça défile dans ma tête. D’un autre côté, j’ai aussi très peur que le travail se déclenche naturellement, que je me retrouve à organiser mes quatre enfants entre deux contractions, que je doive attendre l’arrivée de mon homme pour partir vers l’hôpital ou encore que je me retrouve à avoir eu mon travail trop rapidement et que je n’ai d’autre possibilités que de donner la vie à la maison.

Il ne reste donc que 4 jours, c’est encore inimaginable, dans 4 jours, j’aurai le ventre vide et les bras plein (en plus, mon attente est diminuée par le retour à l’heure normale). Aujourd’hui, je n’arrive pas à me faire à l’idée du début de nouvelle vie qui m’attend pour vendredi et samedi, je ne pourrai m’imaginer ma vie sans ce petit bout de vie dans ma vie. Je ne sais pas si c’est l’écart très mince entre ma dernière et ce nouveau bébé, mais tout me semble encore si irréel. Alors qu’en fin de semaine je m’efforçais à voir ma petite comme une petite fille et plus un bébé, dans quelques jours, j’aurai un tout petit bébé qui remplacera l’image que j’ai de ma petite. Il est peut-être là le vertige.

Pour le reste, tout se déroule encore très bien, je me repose le plus possible, essaie de faire le moins d’efforts pour éviter les contractions et je m’efforce à voir le positif de tout ça. Je caresse ma grosse bédaine avec beaucoup d’affection, c’est probablement la dernière fois que je vivrai la grossesse, alors je me dois de la savourer intensément pour éviter qu’elle ne me manque trop vite. Et je demeure impatiente de revivre un accouchement, malgré les angoisses nommées plus haut.

J’essaierai de joindre une photo à ce billet dans les prochaines heures.

March 7th, 2007

Ça sent la fin!

Regain d’énergie, signes annonciateurs de la fin. Contrairement à la croyance populaire je n’ai pas lavé mes planchers à quatre pattes. Mais depuis hier, j’ai de l’énergie à revendre. Moi qui ne suis pas capable de me lever tôt, ça fait deux matins que je me lève avec le soleil. Hier, je me suis réveillée, ouvert l’ordinateur et fait et envoyer un de mes travaux pour l’université, tout ça avant le réveil des enfants. Je suis passée au travers mon lavage au complet, laver et frotter en masse mes armoires de cuisine, mis du protecteur à bois, fais le ménage complet du premier étage, passer l’aspirateur à fond et j’ai même trouvé le temps de fabriquer avec les enfants de la pâte à modeler maison ainsi qu’une recette de peinture aux doigts maison. Je vous le dis, je déborde d’énergie. La mauvaise ménagère que je suis est en train de se transformer en madame blancheville, mon homme aimerait bien que cette phase dure une bonne semaine! Par contre, hier soir, je ne souhaitais qu’une chose, ne pas avoir de contractions, j’avais ma journée dans le corps, disons que j’avais pas vraiment envie de me rajouter un accouchement à tout ça!

Pour la pâte à modeler et la peinture à doigts, j’ai pris l’idée à Tout simplement Clodine, comme il fait plutôt froid depuis deux jours, c’était l’idéal pour occuper les enfants. C’est très facile à faire et bien agréable.

Qu’est-ce que je vais faire de mon énergie aujourd’hui?

March 5th, 2007

36 semaines

Le temps passe vite, ça n’a pas de bon sens. Nous voici donc à 11 jours de la naissance de notre puce. J’en mesure pas encore la proximité, pourtant j’ai si hâte. La peur et l’angoisse qui me tenait tout au long de la grossesse face à l’accouchement sont maintenant envolées. Je sais que ça fait mal, que je devrai gérer cette douleur, mais je me sens prête à y faire face, à la laisser m’amener ma puce. Toutefois, l’angoisse que je n’avais pas jusqu’à maintenant, celle de me rendre avant mon bébé à l’hôpital en cas de déclenchement naturel, est bien présente. Chaque contraction me met en éveil et m’oblige à penser à un plan d’urgence, juste au cas où je devrais réellement partir. En plus, mon homme a amener sa voiture au garage, donc je suis à pied avec les quatre enfants et au fin fond des bois. J’essaie de ne pas trop m’en faire tout de même, je ne peux pas croire que j’accoucherais naturellement en moins de deux heures…

Tout est bien prêt pour le grand jour, je suis même rendue à prévoir du superflues!

Je prends ça le plus calmement possible, j’essaie de ne pas trop en faire, car le moindre effort me donnes des contractions. En fin de semaine, j’ai profité de la présence de mon homme pour lui laisser prendre le relais et me permettre de faire des siestes. Quel luxe, des petites siestes qui nous redonnent de l’énergie.

La bédaine continue à descendre, je ne peux pas croire qu’elle peut descendre plus, je vais finir par l’avoir sur les genoux. Voici donc, l’avant dernière ou la dernière photo de ma grossesse.

11049494_p

March 1st, 2007

Grosse frousse

Ça y est, la panique m’envahit. Hier, j’ai eu de bonnes contractions, de jour, mon chum réceptif qui revient à la maison, ça va. Mais cette nuit, ouff. Une grosse contraction qui me sort de mon sommeil alors que je dormais depuis plusieurs heures, une envie d’aller à la toilette, ah non, pas cette nuit, svp….La panique m’envahit. Bon, rassurez vous, ce n’est pas tant d’accoucher qui me fait peur, rendue à 35 semaines, c’est une chose qui nous apparaît des plus certaines et le désir de se retrouver enfin seule dans son corps avec son mignon trésor dans les bras effacent toute peur de la douleur. Non la peur est tout autre, la peur de devoir faire un plan d’urgence pour partir accoucher, la peur de devoir placer ses enfants en pleine nuit, on ne sait où, pour pouvoir accoucher avec son homme, la peur que le travail se fasse trop vite et de voir la tête de notre bébé avant d’arriver à l’hôpital et avoir malheureusement une histoire de naissance particulière à raconter à notre enfant. Bref, pendant un instant, les scénarios se déroulaient dans ma tête et évidement, la nuit, tout nous paraît pire. Après tout je n’avais eu qu’une grosse contraction là, j’étais loin d’être en processus de travail…. Je me suis recouchée, une autre contraction est venue une demi-heure après la première et j’ai réussi à me rendormir, rassurer par l’écart entre les deux contractions, je risquais moins d’accoucher cette nuit…

Ce matin, non tôt, non très tôt ce matin, mon homme part pour le travail. Il revient 5 minutes plus tard, il doit rentrer son auto au garage, il part donc avec la mienne pour la journée. Voilà une autre raison de plus de me garder au calme aujourd’hui, éviter de me donner des contractions si stressantes. Avant de partir, mon homme avait écrit un gros 15 sur le tableau de note, un gros 15 dodos avant la rencontre prévue de notre puce. Je suis sûre que je peux tenir le coup!

February 26th, 2007

35 semaines

Je suis déjà rendue à 35 semaines, il me semble que c’est hier que j’apprenais ma grossesse. J’arrive à peine à y croire que dans quelques jours à peine j’aurai mon bébé au creux de mes bras. 35 semaines représentent toujours un moment marquant, par le simple fait que j’ai accouchée à 35 semaines de ma première. Ça représente donc la fin, ou le début de la fin, le moment où le bébé est prêt à sortir dans cet univers, où tous ses membres sont prêts, les semaines à venir ne lui servent maintenant qu’à se faire des réserves de graisses. Bon, entendons nous aussi, il y a toujours un faible risque que les poumons ne soient pas matures avant la semaine prochaine ou l’autre après.

Bébé doit maintenant peser très près de 6 livres, la maman ne prend plus de poids à ce stade (c’est théorique), la prise de poids s’en va directement au bébé. On dit qu’il prend une demi-livre par semaine à ce stade, c’est énorme… Dans 95% des cas, le bébé est placé à ce stade, c’est-à-dire que la tête est vers le bas et la situation ne risque plus de changer d’ici la fin. Le fait que les fesses deviennent plus grosses que la tête amène naturellement bébé à se positionner ainsi. C’est tout de même impressionnant de savoir que bébé se place la tête en bas pour une période aussi longue, il y a personne un coup née qui penserait à se mettre tête en bas pour plusieurs semaines.

Cette semaine, je dois amasser les plus d’énergies possibles. Les choses sont pas mal toutes prêtent pour l’arrivée de notre puce, mais je débute un rhume et la semaine prochaine, les enfants sont en relâches, donc il y aura du mouvement ici. Je savoure donc, ce qui sera probablement, ma dernière grossesse et ma dernière bédaine. Aux dires de mon homme ce matin, je commence à être pas mal moins esthétiques à mon réveil en direction de la toilette, il m’aurait bien fait accouchée ce matin.

Au fait, de quoi à l’air cette bédaine?10828727_p